alexiaweill.com

BIOGRAPHIE

« La Vague » Biennale de Montreux 2019

Alexia Weill est une artiste sculptrice franco-suisse.

Son travail «Impression Circulaire» sculpté dans des marbres, granites, serpentines, calcaires, basaltes et bois, raconte des histoires de la mémoire et du temps.

Elle sculpte la matière organique qu’elle associe avec la résine, le métal et le bronze pour en révéler le message. Elle trouve son inspiration dans le dialogue avec la nature et dans ses inspirations intérieures qui se révèlent à chaque nouvelle création.

Titulaire d’un Bachelor en Cinéma (ESRA Paris-1994), elle a suivi des cours aux Beaux-Arts de Paris de sculpture et de dessin. Elle explore depuis plusieurs années l’espace urbain avec des créations originales où elle incorpore l’histoire d’un lieu et sa perception du temps pour délivrer des créations à la fois dynamiques et intemporelles.

Ses oeuvres urbaines sont présentes dans les collections des villes de Blonay-St Légier, Villeneuve et Aigle.

Alexia aime explorer des nouveaux territoires, en 2019 elle crée une oeuvre monumentale (ADN-10x2m) dans le désert Al Aïn à Dubaï. Elle est invitée en résidence d’artiste par la Fondation Alserkal Avenue pour présenter ses sculptures et son dessin monumental.

Elle est la première artiste à exposer une sculpture en suspension sur le lac Léman pour la Biennale de Montreux 2019 , « La Vague » oeuvre monumentale en marbre (2,30m) en hommage à Camille Claudel (collection Privée Delarive) est actuellement en exposition permanente à la Halle Inox à Vevey, espace ouvert au public.

En 2018, elle est la première artiste à être invitée par la célèbre agence américaine Corcoran, pour exposer ses oeuvres à New York pour l’ouverture de « ART & Real Estate ».

Ses sculptures sont ensuite exposées à Aqua Art Basel Miami avec Uncommon Beauty Gallery puis à New-York en 2019.

En 2020 Alexia crée 16 sculptures originales pour les Nestlé Virtuous Circle Awards et entre ainsi dans la collection de la Fondation d’Art Nestlé.

Très engagée pour la cause des Femmes, elle adhère à l’association Espace artistes femmes en 2020. Le 7 février 2021, elle est invitée au Grand Conseil du Canton de Vaud pour présenter « Gender Equality is Now » et commémorer les 50 ans du droit de vote des Femmes en Suisse (collection privée du Bureau de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes – BEFH.

Alexia est Membre du Business & Professional Women Vaud (BPW) en tant qu’ambassadrice de l’Equal Pay Day et experte en Art au sein du réseau BPW International. Depuis plusieurs années elle sensibilise le public au Gender Gap parla création d’oeuvres originales. Elle est citée en tant qu’artiste femme dans le chapitre

« L’égalité par les Arts » du matériel pédagogique « A L’école de l’égalité » créé par le Bureau de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes du Canton de Vaud (BEFH).

En mai 2020, elle est élue au Comité du Clafv et présidera le Jury du 3ème prix de l’Egalité en novembre 2021.

En 2019 à l’occasion des 10 ans d’Equal Pay Day et des 60 ans du droit de vote des Femmes dans le Canton de Vaud, elle organise en tant qu’artiste et directrice artistique pour le BPW l’exposition «Regard10 sur l’égalité » en partenariat avec le Bureau de l’égalité (BEFH), soutenue par la Ville de Lausanne.

Alexia Weill participe également à de nombreux événements caritatifs en Suisse notamment avec la Croix Rouge Suisse Internationale.

Pendant la période de confinement, elle crée un cercle de la solidarité pour l’Hôpital Riviera Chablais avec de nombreux messages qu’elle récolte sur les réseaux sociaux.

En décembre 2020, elle réunit 10 artistes pour le Swiss-Lebanon Art Project et organise une vente pour soutenir les artistes libanaises dont les ateliers ont été détruits suite à l’explosion du 4 août 2020 à Beyrouth.

En 2021, elle participe à un projet avec la Fondation Helvetas pour récolter des fonds pour l’accès à l’eau potable à Madagascar.

Alexia Weill est membre Visarte Vaud. Passionnée par l’architecture et l’interaction de l’art avec l’espace urbain, elle étudie l’architecture et l’imagination avec Harvard School of Design (2020) puis le programme CITIESX (2021).

Ses oeuvres sont présentes dans les collections publiques et privées :

Bureau de l’Egalité (BEFH) « Gender Equality is Now », Ville de Saint Légier, giratoire « Dessine-moi un mouton », Ville de Villeneuve « Cercles Originels » et « Arboressence », Ville d’Aigle «Archetype», Fondation Madeleine Moret-Maison de la Femme « Equal Pay Day 2016» (BPW), Fondation Nestlé pour l’Art « Virtuous Circle » Retraites populaires « Hermès » Collection privée Delarive « La Vague » et de nombreuses collections privées aux USA, Dubai, Angleterre, France, Espagne, etc.

Portrait par Marie Bagi, Docteure en Histoire de l’Art contemporain et Philosophie, Présidente et Fondatrice d’Espace Artistes Femmes.

C’est en juin 2020 que j’ai eu la chance de rencontrer Alexia Weill, une sculptrice dont le talent et le parcours de vie m’ont beaucoup interpellé. Alexia a grandi dans le monde de l’art de par ses grands-parents, galeriste et comédienne. Un parcours qui débuta entre les cours du soir aux Beaux-Arts et les cours de Jean-François Duffau (1942-2017) et qui l’amena vers une perception du corps de manière artistique, ainsi que vers le besoin de toucher la matière. Depuis seize ans, elle sculpte la pierre devenue sa meilleure alliée, tout comme elle le fut pour Camille Claudel (1864-1943), dont le marbre, le granite et le basalte. L’une de ses œuvres, « La Vague », se trouvant à la Halle Inox à Vevey, Suisse, est un témoignage à Camille Claudel. Dans cette œuvre, la femme est inclue dans la vague, tandis que chez Camille Claudel, elle se trouve en dessous : un message pour rappeler l’importance du rôle de la femme dans la société. Le cercle, qui régit cette œuvre mais aussi toutes les autres, est devenu, lui aussi, un élément central de son travail car il est porteur d’éléments féminins telle que la figure de la femme en elle-même, les rondeurs ainsi que le féminin, en général.

Révélatrice de ce que la pierre possède, elle la transforme en œuvre d’art et lui insuffle ainsi une autre vie. Elle participe, en ce sens, de manière engagée pour la femme mais plus particulièrement pour l’artiste femme car c’est une lutte qui n’a de cesse de continuer et qui a toujours existé, comme nous le savons.

A l’aube de cette reconnaissance artistique, Alexia Weill apporte sa pierre à l’édifice en marquant sa conviction qu’elle est artiste mais aussi femme. Comme je le dis souvent, l’artiste femme ne devient pas artiste, elle naît artiste et Alexia Weill n’hésite pas à dévoiler son talent qui participe de sa vie intime. L’intime étant, comme décliné dans ma thèse, d’une importance capitale pour comprendre l’art contemporain. Entrez dans l’univers de ses œuvres et de sa vie, et vous comprendrez qu’elles peuvent apporter à votre musée et au public, qu’elle va profondément toucher, sa contribution dans son rôle d’artiste mais aussi de femme.

« Cercles originels » Biennale de Montreux 2017

©Petar Mitrovic